Michel Perrin - Mes maquettes    :    L'Hermione

Annexe

Les menaces sur Rochefort
Le renouveau

Cette page est un sous-ensemble du feuillet
« Hermione » du site
«Michel Perrin - Mes maquettes»
↝ ↝ Plan et Navigation dans le site ↝ ↝

Source : [PV-1] p.23

De 1767 à 1777, une seule frégate est construite, la Tourterelle, à Bordeaux. L'explication repose sur les restrictions budgétaires qui s'imposent à la marine et aux colonies, particulièrement sous le ministère de Bourgeois de Boynes. ...

En 1772, il ne reste plus à Rochefort que les vaisseaux de 56 canons, dont les quatre construits à Bordeaux, et trois de 50 canons démodés : l'Hippopotame, l'Amphion et le Fier. Deux vaisseaux sont théoriquement en construction : le Fendant, de 74, et le Réfléchi, de 64.

La guerre d'Amérique va sauver Rochefort : D'abord par la construction des frégates, puis par la relance de la construction des vaisseaux, enfin en faisant de cette ville la base de l'organisation des convois vers l'Amérique et vers l'océan Indien.

Le renouveau commence en 1774 avec la construction de la frégate de 18, la Consolante, sur plan Boux, commencée en avril et lancée en mars 1775 par le radoub du Saint-Michel et de l'Artésien, puis par la construction de la flûte la Ménagère et l'armement des frégates la Terpsichore et la Sylphide cette même année.

Mais c'est surtout à partir de 1776, lorsque le budget annuel de la marine passe de 20 à 27,2 milloons de livres, avant d'atteindre les 41,1 millions en 1777 et 85,153 millions en 1778, que l'on voit la deuxième vague de construction des frégates.
A Rochefort, c'est le début de la Charmante, de la Concorde, de la Junon, de la Railleuse.

1764 à 1780 [PV-1] p.18

Frégates de 12 construites à Rochefort de 1779 à 1780 (rappel)
Arsenaux 1764 1765 1766 1767 1768 1769 1770-76 1777 1778 1779 1780 Totaux
Rochefort 1 4 1 4 10

Mais pour le ministre, cependant, l'essentiel est la formation des officiers et des équipages.



75

img/entete-he.jpg