Michel Perrin - Mes maquettes    :    Galéa

Galèasse Vénitienne
(XVI° siècle)

Maquette au 1/nnème de ...

img/ga nav Galeasse venitienne 1 moy.jpg


«Galéa»

Introduction
Un peu d'Histoire et d'histoireS
      La haute antiquité
      Au temps des galères
      Vogue la galère
Ma maquette Galéa
      Choix du modèle
      Déroulement du chantier
      Le mécanisme de propulsion par les rames
      La radio commande
      Le chantier de la coque à la voilure
      Les essais
Cette page appartient
au site

«Michel Perrin - Mes maquettes»

↝ ↝ Plan et Navigation dans le site ↝ ↝
Abréviations et Conventions de lecture :
Liens vers
(A) Annexe MP
(C) Carte      (S) Site internet externe     
(W) Wikipédia      (Yt-..mn) YouTube
Insertion MP
p.23  «Citations» [Date]:

Introduction


Voir ⇉ Gérard Delacroix : «La fleur de lis» (Yt 10mn)
Voir ⇉ Patrimoine maritime normand : «Evolution des bateaux» (S .pdf)

Parlons galères (1748 c'est la fin des galères en France) :
Je vous propose très modestement de voir ou de revoir quelques histoires de galères du monde midéterranéen.
Je le ferai à l'aide d'extraits de lectures et de documents Internet.

Mais pour bien commencer :
Voir ⇉ La marine ancienne :
Les Galères (S),
Voir ⇉ Wikipédia : Les galères (W) « Une galère (du grec médiéval γαλέα / galéa) est un type de navire à rames et voiles latines sur un, deux ou trois mâts à antennes , d'abord à usage commercial puis à fonction essentiellement militaire. Elle est mue par des galériens qui constituent la chiourme. Ce sont des rameurs volontaires, des esclaves ou des repris de justice. Leur force musculaire est employée à actionner les rames, lorsque le vent ne souffle pas dans la bonne direction et lors de manœuvres d'attaques ou de parades. » ...

Un peu d'Histoire et d'histoireS


L'Antiquité
(A)

Evolution des populations
et des «Codes» (les Lois).
Les Cités, les Etats, les Empires

Au temps des galères
(A)

Quelques batailles navales
célèbres

Vogue la galère
(A)

Histoire des galères en France
de l'Antiquitité à 1748

Ma maquette Galéa


Choix du modèle


Quelle galère construire ?

Une galère romaine ?, Une galère scandinave (un Drakkar) ?, Une galère bizantine (le Dromon) ?, Une galère phénicienne ?, Une galère vénitienne ?, Une galère carthaginoise ?,










J'ai choisi une galère vénitienne pour sa forme élégante, ses couleurs et sa structure élevée qui me permettra d'introduire un mécanise d'animation des rames que je pressens assez volumineux.

Je n'ai pas de plan. Je vais me fier à l'mage et aux descriptions ci-dessous.
La galère vénitienne

img/ga nav Galeasse venitienne 1 moy.jpg

Voir ⇉ Escales Maritimes : Portrait de bateau : la galère vénitienne (S)
Voir ⇉ Navistory : Une Galéasse vénitienne à Lépante, leur heure de gloire (S)

Déroulement du chantier


Le chantier se déroulera en trois grandes étapes :
      - 1/ Recherches et construction du mécanisme de propulsion (par les rames).
      - 2/ Découverte et implantation de ma nouvelle radio commande, mise en place des moteurs et servos pour les rames.
      - 3/ Construction de la maquette proprement dite : coque, superstructure, mâture, mouvement des voile ...

Le mécanisme de propulsion par les rames


Objectifs : Différents types de marche à la rame
      - 1/ En marche avant rectiligne et synchromnisée :
             - Les rames sont actionnées en «miroir» :
               elles frappent l'eau simultanément (en cadence) des deux côtés du bateau.
             - La cadence est variable selon les besoins (15 à 30 «palades» par minute).
      - 2/ En marche arrière rectiligne et synchromnisée (la cadence est plus lente).
      - 3/ En marche courbe (virage doux) :
             - Les rames ne sont actionnées que d'un côté (droite ou gauche, l'autre côté peut être levé ou baissé)
      - 4/ En demi-tour sur place (si possible) :
             - Un bord propulse dans un sens, tandisque l'autre le fait en sens inverse.
      - 5/ La position repos
             - Les rames sont levées à la verticale (ou presque) lors d'une marche à la voile ou d'un stationnement à poste.

D'où les contraintes :
      - 1/ Les bielles actionant les rames devront être débrayables.
      - 2/ Le sens de rotation du ou des moteurs devra pouvoir s'inverser.
      - 3/ La vitesse du ou des moteurs devra être variable.

Contrainte supplémentaire :
Je ne dispose pas d'outils me permettant de fabriquer des pièces précises sur mesure.
Je dois me contenter des matériaux du commerce : tube et profilé aluminium ou laiton, corde à piano, ...
D'où la necessité de prévoir du jeu et des règlages fins sur tous les mécanismes.

Essais de motorisation
Pour les essais, j'ai utilisé le kit moteur (1,5v à 4,5v) + engrenages de GOTRONIC.
Démultiplication par les engrenages du kit : Elle permet d'obtenir une vitesse de rotation raisonable. La vitesse du moteur sera modulée par un variateur.

1/ Motorisation à trois moteurs
Le moteur central entraine une roue dentée centrale de position fixe et munie de deux ergots d'entraînement.
De part et d'autre de cette roue centrale, deux autres roues mobiles de traction peuvent s'y embrayer pour entraîner le mouvement des rames du bord correspondant.
Un deuxième et un troisième moteurs, à droite et à gauche du moteur central, entraînent une deuxième et une troisième roues motrices fixes et à ergot sur lesquelles les roues de traction peuvent s'embrayer se libérant simultanément de la roue centrale.
Ce montage satisfait les quatre objectifs mais est encombrant.

2/ Motorisation à deux moteurs
Un moteur entraine une roue dentée centrale de position fixe et munie de deux ergots d'entraînement.
De part et d'autre de cette roue centrale, deux autres roues mobiles peuvent s'y embrayer pour entraîner le mouvement des rames du bord correspondant.
De plus, un deuxième moteur entraîne une deuxième roue motrice à ergot sur laquelle la roue la plus proche peut s'embrayer se libérant simultanément de la roue centrale.
Ce montage satisfait les quatre objectifs mais reste encombrant.


3/ Motorisation à un seul moteur
Le moteur entraine une roue dentée centrale de position fixe et munie de deux ergots d'entraînement.
De part et d'autre de cette roue centrale, deux autres roues mobiles peuvent s'y embrayer pour entraîner le mouvement des rames du bord correspondant.
Ce montage satisfait les objectifs 1, 2 et 3.
ga des Embrayage 1.png

Décision

La motorisation à un seul moteur est retenue :
Le demi-tour sur place (objectif 4) peut être remplacé par une courte marche avant des rames sur un bord suivie d'une courte marche arrierre sur l'autre bord.

Essais de transmission de la force motrice

La maquette portera quinze à vingt rames sur chaque bord.
- Côté extérieur (eau), les rames sont portées par des points fixes p («dames de nage») équidistants les uns des autres et alignés sur une droite horizontale de hauteur variable.
- Côté intérieur, les rames r sont portées de chaque côté par une barre rigide c entraînée par la rotation de deux bielles a et b, l'une côté proue, l'autre côté poupe. La bielle a est solidaire de la roue motrice a. La bielle b est solidaire par la barre rigide c qui doit rester horizontale (paralèlle à la surface de l'eau).
ga des Traction 2.png
Problème : Ces deux bielles A et B doivent rester parfaitement synchrones, c'est-à-dire, rester parfaitement paralelles pour que la barre rigide C reste parfaitement horizontale.
Or, lors de leur rotation, les bielles A et B, passent par une position horizontale jaune :
Si la barre rigide C est en mouvement descendant, tout ce passe bien : l'extrémité b de la barre C descend au dessous de la ligne des axes des roues et poursuit sa rotation dans le bon sens. C'est la cas de la position rouge vers la position verte ci-dessous.
Si elle passe en mouvement ascendant, vers la position jaune, tout ce passe bien jusqu'à cette position horizontale jaune.
Mais à ce niveau, rien n'oblige l'extrémité de la bielle B à passer au dessus de la ligne des axes des roues (position jaune) et elle fait "marche arrière" (position violet) entraînée par le poids de la barre rigide C, tandisque la bielle A (en violet) poursuit son mouvement de rotation ascendant.
ga des Traction 3.png
La barre rigide C n'est plus paralelle à la surface de l'eau : Une partie des rames sera hors de l'eau, tandis que l'autre sera sous l'eau !
La syncronisation des bielles doit donc être garantie par une liaison fiable.

J'ai été amené à faire plusieurs gabarits avant pour parvenir à cette synchronisation parfaite et fiable :

1/ Liaison par chaîne

La difficulté est de trouver la bonne tension pour des chaînes aussi longues :
      -Trop tentues, les chaînes grippent,
      -Trop lâches, elles "sautent" des dents et la synchro se dérègle.
ga des Liaison 1.png
J'ai dû abandonner (provisoirement j'espère) cette formule.


2/ Liaison par tringles décalées de 90°
La liaison par un jeu de tringles C fixée à des bielles A et B orientées à 90°, garde une bonne synchronisation.
Mais le mouvement reste saccadé même lorsque le poids de ces tringles est compensé par des masselottes.
Il faut dire qu'à ce stade de mes essais, les supports de axes des roues dentées sont encore très imparfaits.
ga des Liaison tringle 2.png


3/ Liaison par un jeu de courroies dentées
Dès ce nouveau gabarit, la charpente du mécanisme de traction, les supports des axes et le système de tension des chaînes ou courroies ont été revus.
J'ai remplacé les chaînes par des courroies dentées de 9mmm - je n'ai pas trouvé moins large -.
Les essais sont concluants : bonne synchronisation et souplesse de fonctionnement.
Malheureusement les poulies dentées qui portent les courroies sont très larges (1+9+1+13=24mm) et augmentent considérablement la largeur totale du mécanisme de propultion (24+24 = +48mm).
Celui-ci ne devient plus compatible avec la finesse souhaitée des oeuvres vives de la coque.


4/ Retour vers une liaison par chaîne
Avec les nouveaux supports d'axes et le nouveau mode de tension ...
ga des Liaison chaîne 2.png





                                                                                                        Page en préparation

Le mouvement horizontal et vertical des rames «pelles»

Le mécanisme "Activité" et "Repos" (rames baissées et rames levées)

La radio commande

Le chantier de la coque, de la super-structure, de la voilure

Les essais



Merci de votre visite,
Vos commentaires sur mon e-mail si vous le souhaitez
Si ce site vous a plu, n'hésitez pas à le partager.

Haut de page
↝ ↝ ↝ Navigation dans le site ↝ ↝ ↝


331


img/ga nav Galeasse venitienne 2.jpg