Michel Perrin - Mes maquettes    :    Le Golden Hind

Annexe

L'Anglais Francis Drake
et son Golden Hind


Dans cette page

      Francis Drake, Henri VIII, Elizabeth 1ère
      La 2ème expédition autour du Monde après celle de Magellan
      Pour Drake ce sont les honneurs !
      Le bateau de Francis Drake
Cette page est un sous-ensemble du feuillet
« Golden Hind »
dans le site
«Michel Perrin - Mes maquettes»

Pour explorer le site :
↝ ↝ Plan et Navigation dans le site ↝ ↝

Francis Drake, Henri VIII, Elizabeth 1ère



C’est dans ce contexte que se situe l’histoire de Francis Drake (w) (1540 – 1596), de son Golden Hind (w) (1572) et du 2ème tour du monde (1577–1580) après celui de Magellan.

A cette époque, la Marine anglaise est encore bien jeune : Henri VIII  (w) (1491-1547, roi d'Angleterre et d'Irlande en 1509 ), traditionnellement présenté comme l'un des fondateurs de la Royal Navy, créera des ports, augmentera et modernisera la flotte qui passera à une cinquantaine de navires.


Mais c'est Elizabeth 1ère (w) (1533-1603, reine d'Angleterre en 1558) qui, très vite, comprendra que le commerce avec l'Europe et ses barrières douanières ne suffira plus à nourrir son peuple.
Elle décidera d'élargir ses échanges vers la Méditerranée et la Baltique (avec les villes de la ligue Hanséatique (w) encore active jusqu'en 1648 traité de Wesphalie) puis de prendre sa part des fabuleuses richesses du nouveau monde . . . 


Nouvelles perspectives, nouvelles vocations pour certains !
  • Drake pirate

  • Drake
    1540 - Drake est né en 1540 dans le Devon (c) au Sud Ouest de l’Angleterre, pas très loin de Plymouth, dans une famille de fermiers. La vie est dure sous Marie Tudor et Henri VIII, le contexte économique est difficile, le marché du drap s'effondre, les guerres de religion font des ravages  . . . 
    Très jeune il est mousse, puis matelot, puis propriétaire à 20 ans d’un caboteur sur lequel il commerce avec la France et la Hollande.

    1563 - 1568 : Drake participe avec son oncle John Hawkins (w) au trafic d'esclaves entre l'Afrique et les Caraïbes où les Espagnols ont besoin de main d’œuvre bon marché. Une aventure qui se terminera mal, il est attaqué par surprise et est défait par les Espagnols. Il en conçoit une haine farouche à l'égard de Philippe II d'Espagne et jure de prendre sa revanche.

    1570 - 1571 : Il effectue deux autres voyages dans les Antilles au cours desquels il sillonne les côtes des Caraïbes : il se fait des alliers des Cimarrons de Panama (s) et élabore un plan audacieux : mener des opérations de piratage dans l’isthme de Panama, là où des mules acheminent à travers la montagne les richesses du Galion de Manille et celles pillées sur la côte sud-ouest du nouveau continent, jusqu’à la côte Atlantique pour être transportées par les galions de la Flotte des «Indes Occidentales» (w) vers l’Espagne.

    1572 - 1573 : Il repart. Arrivé aux Caraïbes, nouvelles batailles navales, blessures, épidémies dans sa flotte, mais il ne renonce pas. Il attaque les villes de "Nombre de Dios" et de "Venta-de-Cruz" et s'approprie leurs richesses. L'année suivante, il repère un convoi terrestre et s'en empare.
    Il est riche.

    1573 : Le 9 août 1573, il rentre à Plymouth.
    L’annonce de son sucés se répand comme traînée de poudre en Angleterre mais aussi en Espagne. Philippe II d'Espagne (w), fils de Charles Quint, demande sa tête. Élisabeth qui se sait soupçonnée de complicité, est gênée.
    Drake doit disparaître ! Il disparaît deux années 1573-1575.

    1575 : La reine pressent une guerre ouverte avec les Espagnols. Elle vient d'échapper à un attentat fomenté par l'Espagne avec la complicité du Pape. Elle ne peut compter que sur sa marine. Elle rappelle Francis Drake à Londres.

    « Il nous faut une flotte légère et rapide, bien armée, des matelots bien entraînés, des canons de même calibre capables de tirer des bordées meurtrières  . . .  Oui, je suis prêt à financer » propose Drake.

    La reine est convaincue, elle lui donne des lettres de marque avec pour mission de ponctionner les Espagnols des richesses qu'ils ont eux-même pillées sur la côte Ouest du Pérou.
    Ce n’est que justice, après tout !

La 2ème expédition autour du Monde après celle de Magellan.


L'expédition est lancée et minutieusement montée.
La flottille sera composée de cinq navires dont le Pélican, navire amiral qui deviendra plus tard le « Golden Hind », et de 164 hommes. Elle quittera Plymouth le 15 novembre 1577.

On se laisse porter par les Alizés le long des côtes européennes puis africaines. Près du Cap Vert, on arraisonne des navires espagnols et portugais qui vont compléter les effectifs. On traverse l’Atlantique. On suit la route de Magellan le long des côtes Est et Sud du nouveau continent.
Août 1578, on passe le détroit de Magellan. On se retrouve dans le Pacifique . . .  Pas si pacifique que ça, le Pacifique ! on y perd une partie de la flotte dans de méchantes tempêtes.
On remonte la côte Ouest de l’ « América », on arraisonne encore et encore les galions Espagnols, on pille les ports et les villes. On amasse or, argent, bijoux, pierres précieuses  . . . 
On est satisfait, on fait la fête, on est même généreux avec les vaincus . . . 
  • Voyage de F. Drake
  • Mais il faut rentrer !

    Rentrer par le Sud ? Pas question : Ils l’attendent en bas, les Espagnols !
    Par le Nord alors ? On parle d’un «Passage du Nord», mais personne ne le connaît ! On essaie. On cherche, on cherche encore … On se heurte à un continent qui vous entraîne vers l'Ouest alors que c'est vers l'Est qu'on espère le retour. On fait demi-tour !
    En Juin 1579, Drake s’arrête quelques temps en haute Californie refaire approvisionnements et réparations. Toujours intéressé, il profite de l’escale pour annexer le territoire qu’il nommera la « Nouvelle Albion ». Pas de petit bénéfice !
    Fin Juillet, Il ordonne la traversée du Pacifique. Trois longs mois de navigation et de privations.
    Début Novembre il arrive aux Moluques, en Indonésie, où il fait le plein des épices tant prisées par ses compatriotes.
    Le 15 Juin 1580, il passe le cap de Bonne-Espérance et atteint Plymouth le 26 septembre 1580 - Un voyage de trois années !
!

C’est le triomphe. Ses cales sont pleines, la Reine est riche et lui aussi !

Revivions ce voyage en image (yt-52mn)

Pour Drake ce sont les honneurs !


Francis Drake

La reine le fait chevalier.
Elle lui offre son portrait en bijou et, comble de reconnaissance, monte à bord de son Golden Hind pour fêter l’exploit !
L’esclavagiste, le pirate, le Corsaire de la reine est devenu un homme célèbre.
Maire de Plymouth, il fera de sa ville la première base navale européenne.
1585, avec une trentaine de voiles et 2300 hommes, il prend la route des Indes d'Occident et attaque l'un après l'autre les points de relâche des flottes espagnoles, enlève les canons et rançonne les villes de Santiago du Cap-vert, Saint-Dominique, Carthagène (Amérique du Sud), Saint Augustin (Amérique du Nord).
1587, en rade de Cadix, il attaque la flotte espagnole, prend ou détruit 24 bâtiments richement chargés, . . . 
1588, sur sa "Revenge" il concourera aux difficultés de l’Invincible Armada  (w) de Philippe II d'Espagne composée de 145 navires, 2.500 canons, 30.000 hommes au départ du Tage.

Son génie de l’art militaire, son courage, sa volonté d’entreprendre
donneront à l'Angleterre l'élan qui en fera au cours des siècles à venir
la première puissance maritime du monde.


Ce ne sera pas le cas de toutes les autres puissances maritimes!
Voir à cet égard
«L'évolution des puissances maritimes et de leurs colonies»
aux XVI et XVIIèmes siècles
(A)

Revenons au bateau de Francis Drake

  • Galion espagnol


  • Le Golden Hind est un galion de type Espagnol (on se copiait beaucoup à l’époque) très coloré comme le voulait la tradition.
    Construit vers 1572, il ne reste pas de documents précis ni certifiés de sa construction. Ses dimensions approximatives seraient de 31 mètres hors tout au pont (sans compter le beaupré), 6 m de largeur, 3 m de tirant d'eau.
    Après son tour du monde, il est transformé en musée national et restera pendant plus d’un siècle un haut lieu de mémoire des rivalités entre l’Espagne et l’Angleterre.



Ses répliques : Son souvenir reste toujours vif
  • Au musée de Brixham près de Plymouth (s),
  • Golden Hinde II - Build, Launch & Sailing into London 1973 (yt-20mn)
  • A Look around the Golden Hinde (yt-3mn)


(285)

img/entete-gh.jpg